Quelles sont les contre-indications au CBD ? Il existe plusieurs cas où il est déconseillé de consommer du cannabidiol, de la dépression chronique à la grosse en passant par les maladies cardiovasculaires ou les troubles respiratoires. Les dépressions chroniques ou sévères Si la consommation de cannabidiol est bénéfique pour les personnes présentant des syndromes dépressifs légers ou modérés, il en va tout autrement en cas de forme chronique et/ou sévère de dépression. En cas de doute, le mieux à faire est de demander l’avis de son médecin traitant. Les médicaments à base de benzodiazépine Parmi ces médicaments figurent notamment le Valium, le Tranxen, le Xanax ou encore le Lexomil. Ils ne peuvent pas être pris en même temps que du cannabidiol dans la mesure où ces molécules privilégient la même voie neuronale, en l’occurrence les neurorécepteurs GABA, pour délivrer leurs actions sédatives ou anxiolytiques. Si certains effets secondaires de l’association de ces médicaments à du CBD restent méconnus, on sait qu’une telle combinaison est susceptible de provoquer ou d’aggraver une situation de dépendance. La grosse et l’allaitement La grossesse est une période au cours de laquelle la mère comme l’enfant à naître sont particulièrement fragiles. Le cannabidiol ne contient pas ou pas de THC. Il n’empêche qu’on ne dispose pas pour le moment d’études approfondies permettant d’avoir une idée précise des effets potentiels de cette molécule sur la santé de l’enfant. Les données dont on dispose pour l’heure sont des corrélations entre la consommation de cannabis par la mère et l’incidence chez les nouveau-nés de pathologies sérieuses comme la leucémie ou les troubles de l’apprentissage, de la mémoire ou de l’attention. En attendant les résultats d’études cliniques en cours, il est recommandé de ne pas consommer de CBD pendant la grosse et l’allaitement, au nom du principe de précaution. Les maladies cardiovasculaires La consommation de cannabidiol est susceptible de faire augmenter le rythme cardiaque ou de modifier la pression artérielle. Elle peut aussi avoir pour effet d’affaiblir la résistance vasculaire périphérique ou encore de diminuer notre résistance à l’effort physique. Ces effets sont encore plus problématiques chez les personnes de 50 ans et plus ou surtout celles qui souffrent de problèmes cardiovasculaires. La maladie de Parkinson La consommation de cannabidiol est également déconseillée à toute personne souffrant de maladie de Parkinson, et ce malgré les nombreux bienfaits réels de ce produit, comme le soulagement des douleurs et fatigues ou l’amélioration de la qualité du sommeil. A noter cependant que la maladie de Parkinson fait partie des contre-indications au CBD au nom du principe de précaution, davantage d’études approfondies étant nécessaires pour clarifier les effets de ce produits sur les personnes atteintes de cette maladie. L’immunosuppression La consommation de CBD ou de toute autre molécule faisant partie des cannabinoïde peut fragiliser davantage le système immunitaire d’une personne atteinte d’immunosuppression. Les troubles respiratoires Quand on a des voies respiratoires fragiles, on ne doit pas nécessairement faire une croix sur le CBD. On peut toujours commencer à en consommer par des doses faibles et augmenter celles-ci au fil des jours et des semaines en fonction de ses besoins thérapeutiques. Il est en revanche déconseillé de consommer du cannabidiol en vaporisation, la vapeur pouvant avoir des effets semblables à ceux d’une fumée de cigarette sur les voies respiratoires. Les allergies La consommation de cannabidiol est totalement déconseillée si l’on est allergique au pollen de l’espèce botanique Cannabis Sativa L (chanvre cultivé).

Quelles sont les contre-indications au CBD ?

Il existe plusieurs cas où il est déconseillé de consommer du cannabidiol, de la dépression chronique à la grosse en passant par les maladies cardiovasculaires ou les troubles respiratoires.

Les dépressions chroniques ou sévères

Si la consommation de cannabidiol est bénéfique pour les personnes présentant des syndromes dépressifs légers ou modérés, il en va tout autrement en cas de forme chronique et/ou sévère de dépression. En cas de doute, le mieux  à faire est de demander l’avis de son médecin traitant.

Les médicaments à base de benzodiazépine

Parmi ces médicaments figurent notamment le Valium, le Tranxen, le Xanax ou encore le Lexomil. Ils ne peuvent pas être pris en même temps que du cannabidiol dans la mesure où ces molécules privilégient la même voie neuronale, en l’occurrence les neurorécepteurs GABA, pour délivrer leurs actions sédatives ou anxiolytiques. Si certains effets secondaires de l’association de ces médicaments à du CBD restent méconnus, on sait qu’une telle combinaison est susceptible de provoquer ou d’aggraver une situation de dépendance.

Quand ne pas consommer le CBD

La grossesse et l’allaitement

La grossesse est une période au cours de laquelle la mère comme l’enfant à naître sont particulièrement fragiles. Le cannabidiol ne contient pas  ou pas de THC. Il n’empêche qu’on ne dispose pas pour le moment d’études approfondies permettant d’avoir une idée précise des effets potentiels de cette molécule sur la santé de l’enfant. Les données dont on dispose pour l’heure sont des corrélations entre la consommation de cannabis par la mère et l’incidence chez les nouveau-nés de pathologies sérieuses comme la leucémie ou les troubles de l’apprentissage, de la mémoire ou de l’attention. En attendant les résultats d’études cliniques en cours, il est recommandé de ne pas consommer de CBD pendant la grosse et l’allaitement, au nom du principe de précaution.

Les maladies  cardiovasculaires

La consommation de cannabidiol est susceptible de faire augmenter le rythme cardiaque ou de modifier la pression artérielle. Elle peut aussi avoir pour effet d’affaiblir la résistance vasculaire périphérique ou encore de diminuer notre résistance à l’effort physique. Ces effets sont encore plus problématiques chez les personnes de 50 ans et plus ou surtout celles qui souffrent de problèmes cardiovasculaires.

La maladie de Parkinson

La consommation de cannabidiol est également déconseillée à toute personne souffrant de maladie de Parkinson, et ce malgré les nombreux bienfaits réels de ce produit, comme le soulagement des douleurs et fatigues ou l’amélioration de la qualité du sommeil. A noter cependant que la maladie de Parkinson fait partie des contre-indications au CBD au nom du principe de précaution, davantage d’études approfondies étant nécessaires pour clarifier les effets de ce produits sur les personnes atteintes de cette maladie.

L’immunosuppression

La consommation de CBD ou de toute autre molécule faisant partie des cannabinoïde peut fragiliser davantage le système immunitaire d’une personne atteinte d’immunosuppression.

Les troubles respiratoires

Quand on a des voies respiratoires fragiles, on ne doit pas nécessairement faire une croix sur le CBD. On peut toujours commencer à en consommer par des doses faibles et augmenter celles-ci au fil des jours et des semaines en fonction de ses besoins thérapeutiques. Il est en revanche déconseillé de consommer du cannabidiol en vaporisation, la vapeur pouvant avoir des effets semblables à ceux d’une fumée de cigarette sur les voies respiratoires.

Les allergies

La consommation de cannabidiol est totalement déconseillée si l’on est allergique au pollen de l’espèce botanique Cannabis Sativa L (chanvre cultivé).

Leave a Reply

Your email address will not be published.